Paquebot rétro : La star des années 1950

Paquebot rétro : La star des années 1950

Histoire | Publié le 15 octobre 2012

Dans le boom économique d’après-guerre, la United States Lines annonce la création d’un paquebot transatlantique, le United States. Il sera le plus grand, le plus moderne et le plus rapide jamais construit aux États-Unis. Sa construction, évaluée à 78 millions $, est en partie financée par le gouvernement américain qui, en ces temps de guerre froide, est désireux de doter le pays d’un navire pouvant transporter des passagers en temps de paix, et des troupes dans l’éventualité d’un conflit avec l’URSS.

Sa construction a lieu en Virginie, de février 1950 à mars 1952. La coque du United States est faite d’acier et sa superstructure d’aluminium. Il est long de 990 pieds, large de 101 pieds, avec une jauge de 53 329 tonneaux. Son concepteur le dote des machines les plus puissantes jamais installées sur un paquebot, soit des turbines à l’origine destinées à un porte-avion. Le 14 mai 1950, lors de sa dernière série d’essais, il attein la vitesse record de 43 noeuds!

Autres statistiques : le United States a une capacité totale de 3 101 personnes, 2 008 passagers répartis en trois classes, plus 1 093 membres d’équipage. Il fait son voyage inaugural au départ de New York en juillet 1952. Il est accueilli par une foule de plus de 20 000 personnes à son arrivée à Southhampton, en Angleterre, après une traversée de trois jours, 10 heures et 40 minutes, à une vitesse de 35,59 noeuds, ce qui lui vaut le fameux Ruban Bleu. Il bat ainsi le record jusqu’alors détenu par le Queen Mary par une marge de 3.9 noeuds.

En juillet 1962, au 10e anniversaire de son lancement, le United States revient à New York après avoir complété 452 traversées, parcouru 1 605 000 milles et transporté 653 638 passagers, soit un taux de remplissage de 88,5%. Il est retiré de la circulation en novembre 1969 en raison de l’arrivée du jet commercial faisant la traversée de l’Atlantique en moins de huit heures.

En 17 ans d’existence, le United States a accueilli une foule de passagers notables, dont tout le gotha d’Hollywood (Bob Hope, Cary Grant, John Wayne, Spencer Tracy, Marilyn Monroe, Marlon Brando, etc.) et de Washington (Eleanor Roosevelt, John F. Kennedy, les anciens présidents Truman et Eisenhower), ainsi que des artistes du monde entier (Salvador Dali, Maurice Chevalier, etc.) et des têtes couronnées (le duc de Windsor, la reine Frederika de Grèce, l’empereur d’Éthiopie Haïlé Sélassié, etc.). Voilà pourquoi certains l’ont considéré comme la star des mers des années 1950.

Le United States existe toujours, mais il a sombré dans l’oubli. Il est amarré à un quai de Philadelphie et se trouve dans un piteux état. Il y a eu une lueur d’espoir en 2003, quand la Norwegian Cruise Line a acheté le navire afin de le convertir en navire moderne de croisières, mais ce projet n’a finalement pas abouti. Si bien que sept ans plus tard, cette compagnie envisageait de le vendre à des démolisseurs. Mais une association pour la protection du navire a réussi à lui procurer un sursis.

Nous joindre


Les champs marqués d'un astérisque (*) doivent être obligatoirement remplis.