Maladie à coronavirus (COVID-19): Voyage Vasco prend position. Communiqué pour diffusion immédiate. En savoir plus
Croisière lumière

Croisière lumière

Destination : Europe | Publié le 15 janvier 2012

Impressions de la gagnante de la croisière fluviale sur la Seine

« Mon père et moi, nous avons vraiment beaucoup apprécié notre croisière », dit Mélanie Beaupré, la gagnante de notre concours «Gagnez une croisière pour deux en France en octobre 2011» mené en collaboration avec CroisiEurope, la plus grande compagnie francophone de croisière fluviale en Europe. Elle avait la possibilité de choisir entre une croisière sur la Seine, au départ de Paris, ou une croisière sur le Rhône, au départ de Lyon. Elle a choisi la première option et ne l’a pas regretté. Et elle a choisi d’emmener son père avec elle.

« Notre navire, le Renoir, était amarré au Quai de Grenelle dans le 15e arrondissement, non loin de la Tour Eiffel, raconte Mélanie Beaupré, 26 ans, pour qui c’était à la fois sa toute première croisière et son premier séjour en europe. On pouvait s’y rendre à pied. Quand elle devenait toute illuminée, c’était magnifique. »

D’une durée de sept nuits, dont une dans la Ville Lumière, cette croisière sur la Seine inaugurée en 1998 par CroisiEurope comportait six escales au gré de ce fleuve légendaire qui a été la source d’inspiration privilégiée des peintres impressionnistes.

D’une longueur de 776 kilomètres, la Seine présente en aval de Paris une succession de méandres qui traversent la Champagne, les côtes de l’Ile de France, la Brie et sur laquelle alternent des berges boisées, des coteaux crayeux, des rives parfois abruptes, parfois plates.

La croisière comportait tous les jours des excursions se déroulant sous le signe de l’histoire, des arts et de la culture. D’abord, la visite de la Fondation Claude Monet, à Giverny, nichée dans des jardins envahis de fleurs, dont un magnifique jardin d’eau d’inspiration japonaise. Puis, la découverte de la route des Abbayes avec, notamment, un arrêt à la grandiose église de Caudebec en Caux. Ensuite, une promenade sur la Côte Fleurie à partir de Honfleur en passant par Trouville et Deauville, avec une dégustation de calvados à la clé. Aussi, la visite de Rouen, tout particulièrement les vieux quartiers et la place du marché où fût brulée vive Jeanne d’Arc.

Et ce qui fut pour Mélanie Beaupré le moment fort de la croisière : la visite lors de la dernière journée de la croisière du Château de Martainville, riche résidence secondaire d’un banquier du XVème siècle aujourd’hui transformée en musée des Traditions et des Arts Normands. Cet impressionnant château abrite une collection unique d’objets du patrimoine régional du XVe au XiXsiècle.

Au retour à bord du Renoir, Mélanie Beaupré enchaînait d’autres découvertes, gastronomiques celle-là. « Je dois dire que je n’ai pas toujours apprécié la bouffe, car je ne suis pas habituée à manger ce genre de repas très riche, confie-t-elle. Le service était excellent, nous avons été très bien accueillis à notre arrivée et bien traités tout au long de la croisière. La moyenne d’âge des passagers, dans la cinquantaine, était trop élevée à mon goût, mais mon père s’est fait de nouveaux amis français ! »

Nous joindre


Les champs marqués d'un astérisque (*) doivent être obligatoirement remplis.