Sur un plateau d'argent

Sur un plateau d'argent

Découvertes | Publié le 1er juin 2011

Découverte du silver spirit, un navire six étoiles qui propose un service hors pair, des suites spacieuses et d’étonnantes expériences gastronomiques.

C’est avec fierté que le 16 décembre 2010, le commandant Angelo A. Corsaro, le plus vieil officier de la compagnie Silversea Cruises, souligna aux passagers réunis dans le bar principal le premier anniversaire d’existence du Silver Spirit, le dernier-né de cette compagnie italienne haut de gamme. Fierté bien compréhensible, car ce navire six étoiles de 36 000 tonnes propose un service hors pair (376 membres d’équipage pour 540 passagers), des suites spacieuses, d’étonnantes expériences gastronomiques et des itinéraires originaux, à commencer par un tour du monde de 119 nuits qu’il effectue en début d’année. Rendu à la fin de l’automne, le Silver Spirit sillonne les eaux des Caraïbes dans le cadre de croisières de neuf, dix, voire 14 nuits, au départ de la Barbade ou de Fort Lauderdale, en Floride, avec certaines escales rarissismes comme Bequia, dans les Grenadines, Saint-Barthelemy ou Virgin Gorda. Précisons que Silversea Cruises propose des croisières pratiquement tout inclus, à l’exception des prestations au spa, de l’accès aux restaurants spécialisés, des vins, champagnes et spiritueux rares, du caviar ainsi que des cigares consommés à bord de ses six navires.

Tour de force gastronomique

« C’est un véritable tour de force que de proposer six restaurants sur un navire de petite taille comme nous le faisons à bord du Silver Spirit», déclare Rudi Scholdis, le grand chef cuisinier de Silversea Cruises qui a fait ses classes au Grand Hôtel du Cap Ferrat, en France, et au Badrutt’s Palace de Saint-Moritz, en Suisse. Un tour de force d’autant plus impressionnant lorsque l’on découvre soir après soir l’extraordinaire variété et originalité des plats proposés. Autant la décoration du navire a été placée sous le signe du conservatisme, autant nombre de plats brillent par leur grande audace culinaires tant dans leur conception que dans leur présentation.

Commençons par le Stars Supper Club, un restaurant dansant de 58 places, sans équivalent en mer, qui propose un extravagant menu composé de… 15 plats ! Ceux-ci sont servis en rafales de trois petites portions, chacune avec des accompagnements distincts : crevettes à l’avocat, canard de foie gras et betterave au gorgonzola en entrée. Suivis d’un trio de canard, de pétoncle et de caille. Puis, d’un tiercé de poisson rouge, de morue et de homard. Ensuite, de filet d’agneau, d’un morceau de tournedos Rossini et de porc. Poire pochée, crumble aux cerises et chocolat fondant complètent le tout. Les plus gourmands pourront aller jusqu’au bout du menu dont l’abondance donne le vertige, en commandant comme je l’ai fait les trois plats de pâtes (penne, gigli et pansotti), accompagnées d’autant de sauces (carbonara, genovese et salsa di noci). Quatre vins – un blanc italien, deux rouges espagnol et californien, et un de dessert d’origine chilienne –, sont servis par un personnel souriant et prévenant tout au long de cette incroyable expérience culinaire en mer. Le tout sur fond musical, livré par un pianiste reproduisant avec conviction des airs de jazz connus. Jamais de ma vie ne me suis-je senti aussi rassasié qu’au sortir de ce restaurant ! Cela dit, pareille quantité d’aliments si différents ingurgités au cours du même repas exige un système digestif très solide.

Un autre soir, j’ai vécu la meilleure expérience culinaire de ma vie à saveur nippone en mer, au restaurant Seishin (24 places). Moyennant un supplément de 30$ par personne, j’ai eu droit au menu de dégustation… composé de neuf services ! Tout a débuté par un étonnant sorbet au caviar servi comme amuse-bouche, suivie d’une généreuse sélection de sushis et de sashimis préparés par le chef cuisinier officiant devant nous au centre du restaurant, puis d’un plat de pétoncles au goût étrange, d’un roulé de crabe dans son jus de pois vert, d’un plat de thon à la lime et à la tomate confite, d’une tempura à la sauce chili, d’un boeuf grillé Wagyu… Et, en guise de conclusion légère et bienvenue, un rafraîchissant sorbet au thé vert. Le tout arrosé de vins, de bières japonaises ou de sakés, selon nos préférences.

Une idée géniale : The Grill (60 places), qui permet de dîner sous les étoiles au pont supérieur. On peut déguster une belle variété de grillades ou de fruits de mer que l’on cuit soi-même, selon son goût, sur une plaque volcanique chauffante tout en humant l’air du large. Le midi, le grill propose uneç carte moins élaborée de plats que l’on consomme près de la piscine, dont un délicieux burger thaï au crabe. L’avant-dernier soir de notre croisière, les cuisiniers dirigés par le grand chef Jérôme Foussier ont préparé un magnifique barbecue (avec force grillades à volonté) sous les étoiles et en musique, avec le concours des chanteurs et danseuses du Silver Spirit qui ont agrémenté cet autre repas mémorable.

De belles découvertes sont aussi au rendez-vous à La Terrazza, un restaurant de 70 places servant buffet le matin et le midi (avec notamment une carte proposant une dizaine de pizzas maison) qui se transforme en une élégante trattoria italienne le soir venu. La cuisine est authentiquement italienne, les ingrédients utilisés provenant des différentes régions du pays d’origine de Silversea Cruises : par exemple, le fromage mozzarella est fabriqué de façon artisanale à Naples, l’huile d’olive et le vinaigre balsamique proviennent d’Ombrie, et le jambon, de Palerme. Je me rappellerai toujours ces formidables pâtes (faites quotidiennement à bord) au ragoût de canard ou encore, celles nappées d’une délicate sauce aux noix, deux plats vraiment hors du commun. Des vins blancs ou rouges, italiens comme de raison, sont suggérés dans le menu pour accompagner chacun des quatre services.

Le clou gastronomique de la croisière : Le Champagne (24 places), le seul restaurant Relais et Châteaux en mer. Une quinzaine de menus de six services ont été conçus par un grand chef de cette prestigieuse chaîne hôtelière, certains gravitant autour d’aliments fins (comme l’asperge, le foie gras, la truffe ou le homard), d’autres inspirés de la cuisine de différentes régions (comme le Bordeaux ou la Bourgogne), d’autres enfin basés sur la culture culinaire d’une destination (comme la cuisine Maori, celle d’Amérique du sud ou de l’Allemagne).

Pour ma part, j’ai choisi ce qui me semblait le nec plus ultra : le repas foie gras et champagne composé de trois petites entrées mettant chacun magnifiquement en valeur le mets à l’honneur ce soir-là, suivis d’une généreuse portion de foie gras rehaussée d’un chutney aux pommes, puis d’un étonnant cappuccino de foie gras aux lentilles du Puy, d’une tendre portion de boeuf Rossini macéré au vin rouge et enfin, d’une délicieuse mousse au caramel et à la banane. On peut s’en tenir aux seuls plats moyennant 30$ par personne, ou y aller pour la totale avec vins fins et champagnes exquis pour 200 $ par personne. Solution intermédiaire : commander une bouteille à la carte, allant du simple vin de dessert Marchesi de Frescobaldi à 25 $US la bouteille au Cos d’Estournel Crand Cru Classé à 445$US la bouteille. Pour ma part, j’ai opté pour un champagne rosé Pol Roger à 70 $US la bouteille, une bonne affaire à ce prix.

Ah oui, n’oublions pas le restaurant principal du Silver Spirit (456 places) dont la carte change midi et soir, comportant cependant toujours une douzaine de plats de base (comme la salade César, le saumon grillé ou le steak Angus) ainsi qu’une section exclusive Relais et Châteaux composée de trois plats, fruits de l’imagination fertile du grand chef Jacques Thorel de l’Auberge Bretonne.

En prélude ou en conclusion de toutes ces expériences culinaires, on s’ouvre l’appétit en découvrant l’un des cocktails maison, beaucoup de type martini, à l’un des cinq bars du Silver Spirit. L’incontournable étant la boisson du même nom que le navire, fort rafraîchissante, préparée avec du Savignon blanc, du Saint-Germain, du gin et une touche de lime qui invite à la récidive !

Suite, majordome et champagne !

« Bienvenue dans votre suite », me dit avec un large sourire la majordome qui veillera à mon bien-être tout au long de cette croisière de neuf nuits à bord du Silver Spirit. Sitôt entré, je remarque une corbeille de fruits, un bouquet de fleurs, une bouteille de champagne et deux coupes placées bien en vue dans le vaste salon de ma suite.

Suite, majordome, champagne, fleurs, fruits ? Non, je n’ai pas droit à un quelconque traitement de faveur. Tout simplement, il n’y a que des suites à bord des navires de Silversea Cruises – en tout 270 à bord du Silver Spirit, dont 95 % avec grand balcon, les autres avec hublot. Et chacun des 540 passagers de ce navire haut de gamme bénéficie des services empressés d’un majordome et est accueilli par une bouteille de champagne de marque française Drappier. Ici, le luxe n’est pas discriminatoire !

Qui dit grand luxe, dit espace à l’avenant. Les suites les plus petites du Silver Spirit font tout de même 312 pieds carrés (sans balcon), les plus grandes atteignent 1 668 pieds carrés, incluant les 145 pieds carrés de la véranda. Luxe ultime : on peut, durant les heures d’ouverture des restaurants, déguster les plats du jour dans sa suite ou mieux, sur le balcon. Et, à toute heure du jour ou de la nuit, on peut commander quelque chose parmi la trentaine de plats que compte le menu des suites.

Les salles de bain sont remarquables, avec les murs en marbre beige et brun, deux lavabos, un grand bain, une douche vitrée, et d’odorants produits de toilette des marques Bvlgari et Salvadore Ferragamo ainsi que des parfums aromatisés Laura Tonatto. Un large walk-in renfermant robes de chambre, pantoufles, brosse à chaussure et parapluie sépare la salle de bain de la chambre dans laquelle trône un grand lit, avec literie haut de gamme, choix de neuf sortes d’oreillers – il suffit de signifier sa préférence à son majordome –, et chocolats Pierre Marcolini déposés chaque soir sur les oreillers. Un rideau peut faire cloison entre la chambre et le salon dans lequel se trouve une causeuse et une table, un mini frigo avec sodas et alcools divers renouvelés quotidiennement selon ses goûts personnels, une vaste bibliothèque en bois ainsi qu’un coin beauté et écriture, avec papeterie personnalisée. La chambre et le salon sont chacun ornés d’un très grand miroir dans lequel est encastrée une télévision à écran plat qui offre notamment un vaste choix de plus de 500 films, histoire de bien profiter du confort de sa suite.

Nous joindre


Les champs marqués d'un astérisque (*) doivent être obligatoirement remplis.